Lors de l’assemblée générale 2004 du Comité Régional d'ULM d'Aquitaine, je fus chargé du projet d’un tour d’aquitaine de trois jours. Tour d’aquitaine qui fut rapidement transformé en treffle pour des raisons évidentes de logistiques.

Le but n’était pas de voler comme des fous, façon tour de France, mais de voler jusqu’à un point qui nous perméttrait de faire autre chose. De faire plaisir notament à nos passagers, pour une fois.

Allier notre plaisir de voler, avec la découverte d’une région ou d’une activité originale. En aquitaine ce n’est pas très dificile tant la divesrsité de notre région est grande.

Nous avons opté pour des activités sportives… pas trop quand même, faut pas pousser.

trefle_d_aquitaine_2005_101Le rendez-vous était fixé le samedi 13 aout à Montpezat à 9 heures. Déjà la veille Yoackim un allemand qui vient là en vacances tous les ans, ouvrait le tonneau de bière qu’il avait amené de sa région. Ce fût l’occasion de faire connaissance…

trefle_d_aquitaine_2005_007

Samdi matin breifing à 10 heures, distribution des tee shirt du treffle, planning de la journée, consignes de la base ulm de TERASSON LE BOS qui nous acceuille pour le repas de midi, et nous organise l’après midi une sortie à l’accrobranche local. Appéritif sans alcool bien sur (voir les photos), repas grillade, convoyage et nous voilà à quelques mètres de haut dans les arbres pour 4 heures durant.

piscine_20juin_2005_053

trefle_d_aquitaine_2005_014

Repas servi et préparé de mains de maître par les membres et les épouses du club de Térasson. Merci encore...

trefle_d_aquitaine_2005_026Tranche de fou rire assuré et grosse fatigue malgré tout car c’est plus physique qu’il n’y parait. Le retour se fera très tard, vers 21 heures, et le repas au restaurant de la base est un réconfort pour nos corps meurtris, équimoses, crampes, … C’est qu’on est plus tout jeunes mon bon ami… Il faut souligner l’acceuil mémorable de toute l’équipe de Térasson qui s’est occupée de nous. Grand merci à vous, l’adresse est à conseiller, n’hésitez pas à vous arréter pour dire bonjour de la part du treffle.

trefle_d_aquitaine_2005_040 trefle_d_aquitaine_2005_038 trefle_d_aquitaine_2005_063 trefle_d_aquitaine_2005_043 trefle_d_aquitaine_2005_073 trefle_d_aquitaine_2005_036 trefle_d_aquitaine_2005_055 trefle_d_aquitaine_2005_097

Le dimanche matin je suis agréablement surpris de la ponctualité des « treffles ». C’est comme ça qu’on se surnomme pour se reconnaître entre nous. Un parisien en pendulaire, qui voulait passer quelques jours tranquilles dans le coin se joint à nous. Le pauvre, il ne savait pas dans quelle galère il s’aventurait. Il était prévu une journée canoe, mais les pendulaires partis vers 10 heures 30, reviennent au bout de ¾ d’heures. Ca ne passe pas au niveau de Fumel. 300 pieds au dessus du relief, c’est peu.

copie_de_we_patrick_quatreuil_029Du coup, je téléphone à Magalie de Caudecoste où nous étions attendu le lendemain pour inverser la journée avec le lundi. » Pas de problème, me répond elle, on s’organise. » Et nous voilà parti, pas très loin pour faire du karting. Repas au restaurant de la base, puis équipé pour battre le record du tour, voici le treffle en train d’en découdre toujours avec un moteur, mais cette fois ci même les accompagnateurs(trices) ont leurs mots à dire. Certains d’ailleurs faisaient moins les beaux à la vue des chronos.

trefle_d_aquitaine_2005_117Le seul qui n’a pas joué le jeu fût le parisien qui nous a mis une tolée mémorable. La bonne séance aurait voulu qu’il ne nous mette pas 2 secondes au tour. Bien sur nous lui avons expliqué que l’hospitalité de notre région était légendaire, mais quand même… Le repas du soir fut agité d’une frénésie en rapport avec la revanche que certains concoctaient pour la journée canoe.

Lundi matin, toujours ponctuel le treffle, départ des pendulaires comme la veille vers 10 heures 30, mais cette fois ça passe. Un anglais qui passait par là, décidement, se joint à nous. Ce n’est plus un treffle d’aquitaine, mais un rassemblement international, enfin presque.

trefle_d_aquitaine_2005_145Le petit aérodrome de La Cave, est notre destination. Comme les derniers arrivent, Yoackim s’aperçoit d’une crevaison sur son pendulaire. Il nous reste à peine ¼ d’heure pour réparer avant l’arrivée du bus. Alors que nous sommes en train de chercher une solution sans chambres à air, ni rustine, les ides fusent : chuimgom, patte à modeler, voler sur le dos… le parisien ouvre son sac et sort une chambre à air neuve, des rustines, les outils qui vont bien, et le pineau des charentes qu’il a ramené de là bas. Du coup nous lui pardonnons les 2 secondes au tour et acceptons ses excuses pour ce manque de courtoisie. Et comme les pendulaires ne sont jamais à court d’idée, Yoackim a équipé son pendule d’un comprésseur. Alors là je dis bravo, mais nous avons quand même fait remarquer que nous les pilotes d’aquitaine nous étions à l’abri de ce genre d’aventure. Ben voyons…

Et nous voilà parti pour les eaux tumultueuses de la dordogne. Enfin presque car cette année l’eau manque aussi dans la dordogne. Un repas champêtre était organisé dans les bois. Il faut s’imaginer deux grandes tables pleines de victuailles, de bouteille de vin, de fruits… Un vrai régal. Avant de partir à l’aventure, le plein fût fait dans les canoes de liquide pas très catholique, au cas une crue nous bloquerer. L’aventure aquatique commença là… Certains n’ont toujours pas compris que le but d’un canoe est de protéger ses occupants de l’eau et non l’inverse. Il y eu quelques pertes : appareil photo, lunettes, et surtout quelques illusions sur notre compétence à naviguer en droite ligne et à l’endroit. Quatres heures plus tard, bien fatigués, nous reprenions le chemin du retourd avec une halte bien méritée sur la piste du château de Condezaye où les propriétaires nous avaient préparés une collation.

Erintés, fatigués, mais heureux d’avoir passé trois jours formidables avec des amis, où nous avons partagé plus que volé. La formule choisie de faire des vols de 1 heure en pendulaire et ¾ d’heure en multiaxe a fait l’unanimité, sans blaser les uns ni frustrer les autres. Un week end a consommer sans modération.

Merci à Pascale, Thierry, les deux Philippe, Jean Marc le parisien, Jean Jaques, Isabelle, André, Sylvette, Christian, Francine, Marie Pierre, Océane, Yoackim d’avoir partagé cette aventure, et un grand merci à Jean Paul, Magalie…. de nous avoir acceilli.

Le treffle 2005 est mort, vive le treffle 2006. A vous de vous inscrire pour l’année prochaine et de proposer à votre club d’acceuillir une étape.

Thierry